2014-05-22

La perception des aides technologiques pour la surdicécité par les personnes âgées récemment diagnostiquées

Les aides technologiques représentent une arme à double tranchant : elles jouent un rôle fonctionnel important mais peuvent aussi générer des stéréotypes, des préjudices et de la discrimination pour les individus ayant une déficience. De plus, le fardeau supplémentaire d’une multiplicité de déficiences sensorielles est mal compris. Notre but est de décrire et de mieux comprendre la manière dont les stéréotypes, les préjudices et la discrimination peuvent freiner l’adoption et l’utilisation d’aides technologiques chez une clientèle âgée ayant une double déficience sensorielle nouvellement diagnostiquée. Nous mènerons des entrevues semi-structurées en profondeur avec 15 participants anglophones de 65 ans ou plus démontrant une déficience visuelle et auditive combinée de quelque degré de sévérité que ce soit. Les données générées lors des entrevues seront par la suite soumises à une analyse du contenu afin de produire un ensemble de concepts. Ceux-ci décriront la manière dont les clients perçoivent la double déficience sensorielle et l’adoption et l’utilisation d’aides technologiques, de même que la présence de stéréotypes dans ce milieu.

Chercheurs :

  • Walter Wittich, Ph. D. FAAO CLVT, Centre de réadaptation MAB-Mackay
  • Kenneth Southall, Ph. D., Institut Raymond-Dewar
  • Jean-Pierre Gagné, Ph. D., École d'orthophonie et d'audiologie, Université de Montréal
  • Martine Lagacé, Ph. D., Département de communication, Université d’Ottawa
  • Tony Leroux, Ph. D., École d'orthophonie et d'audiologie, Université de Montréal; Institut Raymond-Dewar
  • Dawn Guthrie, Ph. D., Département de kinésiologie et d’éducation physique, Université Wilfrid Laurier

Publications :

Subventions :

Ministère de la Famille et des Aînés
Propulsé par Édimestre PlusMCLe logo d'Édimestre Plus : un "e" blanc dans une croix orange