2012-08-10

Avantages de l’implantation cochléaire bilatérale chez les enfants atteints de surdité : une approche séquentielle à court terme

D’après les quelques études portant sur la question, l’implantation cochléaire bilatérale chez les enfants atteints de surdité offre des avantages en termes de localisation sonore, de reconnaissance de la parole au travers du bruit et de meilleurs comportements sur le plan de la communication. Toutefois, ces avantages ne sont pas systématiques; malgré l’intérêt manifesté par les chercheurs au cours des dernières années, les données disponibles ne confirment pas encore la supériorité de l’implantation bilatérale chez les enfants. De plus, les indicateurs de performance demeurent flous, notamment en ce qui concerne le délai maximal pour la seconde intervention. Le présent projet s’inscrit dans la foulée des travaux entrepris sur l’implantation cochléaire bilatérale chez les personnes atteintes de surdicécité dans le cadre du Programme québécois pour l’implant cochléaire. Il a pour but d’apporter de nouvelles preuves scientifiques de l’impact de l’implantation bilatérale chez l’enfant, et ce, dans une perspective élargie, qui tient compte des aspects touchant la médecine, la perception et la communication. Les objectifs spécifiques sont de vérifier si l’implantation bilatérale, comparativement à l’implantation monaurale : 1) constitue un plus grand risque sur le plan médical, en particulier pour le vestibule; 2) procure une meilleure audition dans les activités de la vie quotidienne; 3) améliore la perception de la parole; 4) facilite la latéralisation des sources sonores; 5) favorise une meilleure utilisation de la parole et un développement accru du langage et de la communication. Vingt participants seront recrutés parmi les candidats pédiatriques (âgés de 0 à 18 ans) du Programme québécois pour l’implant cochléaire. Une batterie de tests seront administrés après 3, 6, 12 et 24 mois pour comparer les conditions unilatérale et bilatérale, et les changements, durant cette période, de la condition vestibulaire, de la perception auditive, des capacités de latéralisation, du développement du langage et de la qualité de vie.

Chercheurs :

  • François Bergeron, Ph.D., Département de réadaptation, Université Laval
  • Richard Bussières, M.D., Centre Hospitalier Universitaire de Québec
  • Louise Duchesne, MOA, Institut de réadaptation en déficience physique de Québec
  • Pierre Ferron, Centre Hospitalier Universitaire de Québec
  • Carole Losier, MOA, Centre Hospitalier Universitaire de Québec
  • Geneviève Tremblay, MOA, Institut de réadaptation en déficience physique de Québec

Publications :

Propulsé par Édimestre PlusMCLe logo d'Édimestre Plus : un "e" blanc dans une croix orange